On ne peut pas toujours faire plaisir....

par Geneviève Cotty

publié dans Pour sourire

                     Une maman bien difficile...

 

                      Pas de réflexions sérieuses aujourd'hui ! Une simple petite anecdote pour sourire...

 

                      Il était une fois une jeune maman qui avait trois enfants dont une petite fille qui avait alors environ 2 ans...Cette jeune maman devant recevoir ses beaux-parents, avait fait un grand ménage...il fallait que l'appartement soit accueillant, il y allait de sa réputation...Tout était bien "briqué", parquet encaustiqué et ça, ce n'est pas le moins fatigant ! Mais bon...La satisfaction du devoir accompli, vous connaissez ? C'est un "plus" ! Les sols carrelés avaient été lavés, dont ceux des toilettes bien évidemment...

 

                      Tout était calme dans la maison, peut-être même un peu trop...Aucun bruit...les garçons jouaient dans leur chambre et la petite fille...ah! oui, au fait, que faisait-elle ? on ne l'entendait pas du tout ! Un peu dangereux ça....Alors, la maman la cherche dans l'appartement et, oh ! horreur ! elle la trouve occupée à tremper une poupée dans la cuvette des toilettes et faisant d'une pierre deux coups, après le bain de la poupée, lavage à grande eau, avec la même poupée, du couloir si bien encaustiqué !

 

                       C'était l'époque où une petite fessée n'était pas encore interdite...et c'est ce que fit la maman sur le postérieur de sa petite femme de ménage improvisée !

 

                        Bien difficile cette maman qui n'admettait pas qu'on l'aide !

 

                        Bien souvent, à trop vouloir faire bien, on fait des erreurs...Cette histoire si peu sérieuse est racontée pour vous dédommager de tous ces articles écrits dernièrement, liés un peu trop à l'actualité qui, elle, est beaucoup trop sérieuse ! Un peu d'air frais, ça fait du bien....


Voir les commentaires

Ils auraient pu s'entendre....

par Geneviève Cotty

publié dans Réflexions...

                     Ils n'avaient pas encore 16 ans...

 

                     C'était plusieurs années avant la dernière guerre. L'un était mon frère, l'autre était un de nos voisins alors que nous habitions en banlieue de PARIS. Mon frère allait encore au collège, notre voisin travaillait déjà je crois. Chacun avait son idéal, mais à l'époque ce n'était pas tout à fait le même. L'un était pour la Patrie, l'autre pour l'International...L'un avait un drapeau aux trois couleurs, l'autre un drapeau rouge.... Ils se connaissaient à peine, mais ne s'aimaient pas !Auraient-ils pu en donner la raison ? Leurs chambres respectives se faisaient face ! Alors on assistait à un jeu entre eux : l'un mettait un drapeau bleu, blanc, rouge à sa fenêtre, l'autre mettait le drapeau rouge... C'était leur façon de manifester...ça ne faisait pas de bruit...Et mon père dans tout ça ? Il ordonnait à mon frère de cesser ces hostilités, lui disant qu'il avait bien autre chose à faire, les épreuves du bac approchant ... C'était une sorte de jeu entre eux... Quelques années plus tard, l'un est "mort pour la France", l'autre devenu pompier volontaire a été gravement blessé lors de cet affreux bombardement en essayant de sauver des gens ensevelis sous les décombres.... Presque la même destinée...des héros tous les deux...Ils auraient pu s'entendre !

 

                       J'ai repensé à eux hier en voyant ces défilés du 1er mai. Drapeaux rouges, drapeaux bleu,blanc,rouge...banderolles. Mais au fond ? Pour la plupart, l'amour du pays...Prêts à "en découdre" si ce Pays est en danger. On l'a vu à l'époque de la Résistance. La "couleur" importait peu, les résistants étaient frères et ils n'avaient qu'un but : sauver la Patrie .

 

                        Comme je voudrais retrouver cet esprit "résistance" ! Notre pays traverse des turbulences..Il est malade..Il nous appartient à tous d'apporter notre petite contribution pour le sauver. Qu'on en finisse avec les discours outranciers, avec les clans...Nous sommes tous dans le même bain, organisons-nous pour nous en sortir au mieux et pour que notre pays retrouve une place respectable. Que nos politiques pensent plus à notre pays qu'à leur pouvoir personnel. L'oubli de soi n'est pas honteux...

 

                         Incorrigible, je garde l'espoir !

 

                        

Voir les commentaires

1er Mai...jour de repos !

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

                    Sauf pour moi Squirou...

 

                                          IMG_0005.jpg

 

                       Soyons honnête ! je me repose depuis bien longtemps déjà et lorsque je vivais chez mes maîtres, je saisissais toutes les occasions pour me reposer ! Pas besoin du 1er mai pour ça...Il n'y a qu'à regarder mes photos ....Le sommeil du juste, je connaissais !

 

                        Bon, Magitte a décrété qu'elle profitait de ce jour spécial pour me laisser la place ! Alors, j'en profite...Lorsque j'étais à ROBION, le matin du 1er mai, j'allais avec mon maître faire mon grand tour habituel...ça, c'était indispensable à ma santé physique et morale ! Et comme le canal était sur notre chemin, j'avais droit à un bon bain...et je nageais, je nageais...bien sûr, j'avais l'autorisation et quand mon maître me rappelait, j'obéissais. En plus, ce 1er mai, nous allions "au village" et mon maître entrait dans une boutique où il y avait plein de fleurs et il achetait ces jolies petites clochettes qu'on appelle "muguet", pour les offrir à Magitte..Qu'est-ce qu'elle était contente ! Il paraît que ce sont des fleurs qui portent bonheur...Et Magitte préparait souvent un bon déjeuner car il y avait des invités...Et moi, j'adorais quand "on recevait" ! Certains des petits-enfants venaient, ceux qui n'habitaient pas trop loin...Quand il faisait beau, on mangeait dans le jardin ! Une vie de rêve ! Que des bons souvenirs...

 

                          Aujourd'hui, j'ai bien vu que Magitte était contente...Elle a eu des belles fleurs-clochettes. Mais, c'est certain, elle n'a pas envie de travailler ! Il paraît que le 1er mai, c'est la fête du travail et...on ne travaille pas ! ils ne sont pas faciles à comprendre les humains ! Moi, je "suis le mouvement"....Avec ou sans 1er mai, j'ai été heureux et j'aimerais bien que tous les gens sur terre le soient aussi...Mais les hommes ne sont pas faciles à comprendre...Ils se disputent, ils se battent...Décidément, j'ai bien fait de naître chien !

 

                          A une autre fois....

Voir les commentaires

En avril.....

par Geneviève Cotty

publié dans humeur et réflexions

                    Ne te découvre pas d'un fil....

 

                    Le voilà qui se termine ce mois d'avril au cours duquel on ne risquait pas de se "découvrir d'un fil" ! Drôle de temps....Nous avons eu droit à tout ce que l'hiver nous réserve d'habitude :  pluie, vent, froid, et même neige pour certains ! Les vacances scolaires ont été un peu désorganisées....

 

                    Le mois de Mai, pendant lequel on peut faire "tout ce qui nous plaît" sera bientôt là. D'autres soucis nous attendent...rien à voir avec le temps...quoique...Atmosphère un peu houleuse, temps maussade...Fera-t-il beau ? aurons-nous de l'orage ? En attendant, nous fêterons demain le 1er mai dont le muguet traditionnel sera censé nous porter bonheur ! On en a bien besoin ...

 

                    Sortirons-nous enfin les vêtements d'été ?Rangerons-nous enfin les "armes" verbales ?

 

                    Je voudrais que ce 1er mai rassemble tous les français en cette fête du muguet, du bonheur, et pourquoi pas...de l'amitié. Nous avons tous un idéal, même s'il passe par des chemins différents, rendons-le accessible à tous, notre avenir en dépend.

 

                   

Voir les commentaires

Tous à CHAVILLE.....mais....

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

 

 

                                          Quelles responsabilités....

 

                     Alors qu'il ne fait pas beau, tout au moins dans ma région, je ne sais pourquoi ce matin j'ai pensé à cette chanson de Pierre DESTAILLES, chansonnier de mon époque (!), "Tout ça parc'qu'au Bois de Chaville, y avait du muguet"... C'est bien innocent d'aller cueillir le muguet, mais quand on entend cette chanson, on est bien obligé d'admettre qu'on prend de "drôles" de responsabilités !

 

                     Il arrive ce 1er mai, dans 2 jours il sera là...Le temps permettra-t-il à chacun d'aller cueillir un brin de muguet ...et de s'allonger sur l'herbe ? Et le muguet est-il déjà fleuri dans les bois, après ce mois d'avril ressemblant plus à un mois de novembre ?

 

                      Quoiqu'il en soit...attention aux conséquences ! Mais que je suis sotte, c'était bon "de mon temps" ! maintenant, il y a tout ce qu'il faut pour que les conséquences soient réduites...pilules d'avant, pendant, après....C'est le progrès...Pierre Destailles devrait trouver d'autres paroles pour sa chanson...dommage, elle est si "tendre et douce"..."Croquer la pomme", encore une expression désuète...Comme chantait Léo Ferré "tout fout le camp"....Plus de muguet dans les bois au 1er mai, plus de jeunes innocents qui se laissaient prendre au charme de cette journée, plus de service militaire, plus....Cette chanson n'est vraiment plus d'actualité ! encore que... le dernier couplet...pourrait convenir....?

 

                        Ceci étant, je souhaite à tous ceux qui sont en vacances pour ce "pont" (le premier du mois de mai), de bien profiter de ces quelques jours de repos....même si vous n'allez pas à CHAVILLE ! (il y a d'autres bois et forêts dans notre beau pays).

 

                        Bonne fin de semaine...

 

                     

Voir les commentaires

Petit à petit....

par Geneviève Cotty

publié dans humeur et réflexions

                    Tout s'arrange....

 

                    Il suffisait d'être un peu patiente...Un peu ? c'est quoi un peu ? Cela fera six semaines demain qu'un séchoir à linge inutile avait cru bon de retomber un peu brutalement sur un de mes tibias ! Pour moi, six semaines, c'est beaucoup et je crois que je mérite une médaille pour cette patience dont j'ai fait preuve ! Enfin, je suis sur la voie de la guérison ! quel grand mot ! Je n'étais pas malade, mais fatiguée et énervée, ça oui ! Pas facile de sortir quand on vous dit de laisser votre jambe allongée le plus possible...D'autant plus que pour avoir la jambe allongée, il est préférable d'être bien installée dans un fauteuil et que le "doliprane" anti-douleurs aidant, vous vous endormez afin de récupérer les heures passées la nuit à essayer de dormir ! Évidemment, cette jambe ne supportait pas drap et couverture...

 

                      Ouf...dans peu de jours, ça ne sera plus qu'un mauvais souvenir. J'ai d'autres sujets de réflexions...Nous sommes dans une période un peu spéciale... Et bien que je n'aime pas la politique, je m'intéresse quand même à ce qui se passe ! Pas logique ? On ne peut quand même pas tout ignorer et vivre dans son petit monde...Allez, plus que 9 jours...D'autres réflexions vont me titiller certainement...La France, comme bien d'autres pays, est malade...Si je pouvais y faire quelque chose ! Elle a besoin de bons médecins, de pansements, de baumes, tout comme j'en ai eu besoin dernièrement...Sa "guérison" me donne à réfléchir....Au fond, il y a un peu  similitude entre la France et moi ? Tiens, je n'y avais pas pensé ! Nous sommes deux malades dont l'une (moi) est en phase de guérison, et l'autre (la France) a encore bien des efforts à faire ! Patience...patience...Les beaux jours reviendront...

 

                       

 

                      

Voir les commentaires

Serons-nous tous "en carte" ?....

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

                  "Exit"  le chèque ?....

 

                   Pauvres banques ! Il semblerait que nous leur coûtions trop cher ! Comment voulez-vous qu'elles se sortent d'une telle situation si les chèques continuent à circuler ? Elles n'ont "que" notre argent pour vivre et surtout survivre... et les chèques ont un coût pour les banques...Bon, moi je veux bien croire tout ce qu'on veut nous faire croire...Et si c'était un "ballon d'essai" pour nous amener à leur payer un petit quelque chose sur chaque chèque que nous établissons ? Pas de mauvais esprit...Je ne suis pas là pour ça ! moi, mon rôle, c'est de vous raconter les souvenirs de ma jeunesse lointaine... Donc je me souviens et comme je ne suis pas avare, je partage mes souvenirs !

 

                    Lorsque j'étais très jeune, je n'avais jamais vu un carnet de chèques ni même un simple chèque...De l'argent "liquide" oui. Mon père avait un carnet de chèques pour ses affaires, mais pour les dépenses de la maison, des billets, des pièces. Tout se payait ainsi ! et ça ne posait pas de problèmes. Plus tard, lorsque j'ai commencé à travailler sérieusement, j'étais, comme tout le monde, payée en espèces, le tout dans une enveloppe qui servait en même temps, dans certaines entreprises, de feuille de paie. Et...ça devait faire un mois...on comptait ses sous....en attendant avec impatience la fin du mois ! Pour certains règlements, on se "propulsait" au bureau de poste et on envoyait un mandat (mandat-carte, mandat-lettre, mandat télégraphique...Il y avait le choix...) Et dans les années 50/60, nous avons été payés par chèque, d'où l'obligation d'ouvrir un compte à la banque...C'était pratique, plus d'argent à manipuler...Et quelques années plus tard, plus de liquide, plus de chèques, un virement était fait directement sur notre compte...Et les prélèvements étaient effectués directement aussi ! Pour régler les différentes courses, nous avons vu arriver dans les années 1970, la Carte bleue...On pouvait aussi retirer de l'argent avec...quand on trouvait un distributeur ! Il n'y en avait pas à chaque coin de rue... Cette carte, nous la payons et les commerçants paient une petite part sur chaque transaction (ils doivent bien en tenir compte dans l'établissement de leurs prix...il ne faut pas rêver). Les banques vous recommandent de vous en servir...ben voyons !

 

                       Après le cheminement racontant les différentes façons de payer, je me souviens que lorsque j'ai commencé ma profession dans le notariat, il y avait une formule qui avait encore cours...Lorsqu'un prix de vente était "quittancé" à l'acte, il était précisé (quand c'était le cas), que le prix en avait été réglé en "bonnes espèces de monnaie sonnante et trébuchante"....Monnaie ayant cours évidemment...Tiens, je laisse le soin à WIKIPEDIA d'expliquer d'où vient cette expression :

                    "Monnaie sonnante et trébuchante

Une pièce de monnaie est sonnante lorsqu'elle ne contient pas de vil métal et dont le titre approche le 10 sur 10 en or ou en argent ; de cette manière, elle tinte de manière reconnaissable pour une oreille avertie.

Elle est trébuchante quand elle ne craint pas l'épreuve du trébuchet (une balance d'orfèvre). Les pièces de monnaie s'usaient pendant leur durée de vie et parfois certains peu honnêtes grattaient les pièces pour en récupérer un peu de poudre d'or. Pour que la pièce ait le même poids moyen pendant toute sa durée d'usage on lui donnait une surcharge à sa fabrication (frappe) qu'elle perdait peu à peu. Cette surcharge était mesurable avec un trébuchet.

Demander à être payé en monnaie sonnante et trébuchante signifiait que l'on voulait être payé en monnaie authentique et neuve."

 

                         Nous allons donc être amenés à payer nos achats, soit par carte bancaire pour ceux qui en possèdent une, soit en "bonnes espèces de monnaie sonnante et trébuchante" ! C'est ça le progrès !

 

                         Plaisanterie ? pas certain. Bien sûr, on peut aussi être amenés à payer une taxe sur les chèques...Nous payons déjà tellement, pourquoi pas ? A moins, ce qui n'est pas certain, que les banques se rendent compte du ridicule et de l'inconvenance du procédé ?

 

                         On peut toujours rêver....


 


Voir les commentaires

A l'époque des "compensations"...

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

                     Et si ce n'était pas une mauvaise idée ?...

 

                     Il m'arrive parfois de relire des articles de ce blog que j'ai écrits il y a déjà un bon moment, voire même plusieurs années...Celà peut être amusant, instructif, émouvant de temps à autre...Enfin, ça fait partie du bric à brac de mes idées...Et aujourd'hui, je suis "tombée" sur un article qui m'a rappelé des souvenirs :

 

                      Le voici donc cet article puisque j'ai utilisé le copier/coller...Je deviens une véritable experte !

 

                   


                    " Il y a environ 50 ans....


                    La guerre, bien que terminée, on en parlait encore...tant de choses étaient à remettre en ordre...Il fallait tout relancer, le commerce, l'industrie, la construction...Tout était à refaire. Oui, mais voilà, s'il fallait tout relancer, il ne fallait pas que ce soit dans le désordre !

                    Je me souviens qu'alors, j'avais travaillé dans un bureau où on s'occupait de "compensations"...Vous vouliez importer ? D'accord, mais en échange (en compensation) il fallait exporter. Il y avait un équilibre à garder pour les finances de la France. Alors, la société dans laquelle je travaillais mettait en relations importateurs et exportateurs...Le quota de chaque ? je ne m'en souviens plus. Tout dépendait du matériel à importer... Nous préparions des dossiers qu'il fallait présenter à l'Office des Changes, après avoir fait des calculs qui, à l'époque, me passionnaient ! Je me souviens que dans nos clients exportateurs se trouvaient des fabricants de skis, des fabricants de moulinets de pêche,des fabricants de montures de lunettes en provenance directe de MOREZ,... et bien d'autres. L'industrie française avait le vent en poupe, mais elle était bien encadrée...et cela a duré plusieurs années. La politique n'était pas politicienne alors, mais avait en vue le bien de notre pays....ça fait rêver, non ?

                      On ne délocalisait pas alors...Tout le monde avait mis "la main à la pâte"...industriels, employés, ouvriers...Les trente glorieuses ? vous connaissez ? Chacun avait à coeur de réussir...bien entendu pas uniquement pour le plaisir...on cherche toujours à gagner sa vie, à faire prospérer son entreprise. C'est "de bonne guerre". Mais pas à n'importe quel prix en se moquant des conséquences pour bon nombre d'hommes et de femmes.

                       Je crois que les "compensations" n'existent plus...On importe "tous azimuts", pourvu que ce soit rentable...La qualité reste parfois à désirer, mais s'il fallait s'arrêter à ça, où irions-nous ? Et la rentabilité ? bof...
                      Je sais, je ne connais rien à l'économie, mais ce que je vois autour de moi me fait souvenir de cette époque au cours de laquelle "ça se passait comme ça !" C'est une époque révolue, hélas ! Et je le regrette...

 

                       Il me semble que je n'ai rien à ajouter...C'était à la fin des années 1950...Il fallait remonter la France qui avait tant souffert...Et actuellement, où en sommes-nous ?

 

                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Voir les commentaires

En route....

par Geneviève Cotty

publié dans Réflexions...

                    Pour le 2ème tour...

 

                    Dernière ligne droite...puisque depuis 1965 il appartient au peuple de France d'élire celui qui le représentera dans toutes les grandes décisions et aussi auprès des autres pays. Quelles responsabilités.... pour celui qui sera élu et aussi...pour les électeurs...

 

                    Et bien évidemment, je me souviens....Lorsque j'étais jeune et jusqu'en 1958, le Président de la République était élu par deux chambres (la chambre des Députés et le Sénat). CLEMENCEAU qui avait perdu en 1920, face à Paul DESCHANEL, aurait dit :"on élit toujours le plus bête" ! Ce n'était pas gentil, mais en l'occurrence, Monsieur DESCHANEL avait quelques problèmes "dans sa tête"...et a été obligé de démissionner ! Que demandait-on au Président de la République ? pas grand-chose...Il allait aux commémorations, aux inaugurations...ce qui faisait dire "qu'il était juste bon à inaugurer les chrysanthèmes" ! Son rôle était celui d'une potiche...Nous en avons eu des bons, instruits, mais effacés...Le dernier en date au moment de la déclaration de guerre était Albert LEBRUN, très brave homme, qui "y allait très facilement de sa petite larme"....Il était polytechnicien si je me souviens bien, même sorti 1er ou 2ème de cette grande école...Mais voilà...ça ne suffit pas pour mener un pays !

 

                      Celui qui dirigeait alors, était le Président du Conseil. Dommage qu'ils se soient succédés à vitesse grand V au cours de certaines périodes ! J'étais enfant, mais je me souviens des colères de mon père disant "on a encore changé de Président du Conseil". Parfois, ils ne faisaient que quelques jours et n'arrivaient pas à constituer leur ministère...Un peu folklorique non ? Et en 1965, SUFFRAGE UNIVERSEL ! Tout le monde aux urnes pour élire ce président...qui aura tant à faire...Il a vraiment un rôle à tenir maintenant...

 

                       Je le répète, je n'y connais rien en politique et je n'aime pas. Mais je sais écouter, réfléchir et puisqu'on m'a donné le droit de vote en 1945, je veux l'utiliser ce droit ! C'est un droit et évidemment, c'est un devoir d'aller voter. Allons-y !


Voir les commentaires

Tourner sa langue sept fois...

par Geneviève Cotty

publié dans Pour sourire

                    Et...ne pas se laisser emporter !

 

                    Être maman n'est pas toujours un métier de tout repos...surtout quand on mène tout de front : surveillance des devoirs, lavage, repassage, soupe à faire etc...Et il arrive que cette pauvre maman, un peu dépassée...dépasse les bornes et s'énerve  ! Mea culpa....

 

                     Alors que mes enfants étaient encore très jeunes, ma fille avait un devoir de grammaire à faire si je me souviens bien. Ce devoir portait sur le "h" aspiré...Rien de plus simple...quand on a 30 ans, mais à 7 ans, c'est déjà plus difficile ! Il y avait des mots à apprendre et comme la pauvre petite trébuchait pendant que je faisais "tout en même temps", je me suis un peu énervée (!) et je lui ai dit :"Non, là il y a un h aspiré....comme dans brouette" !

Fallait-il que je sois hors de moi ! Et ce que j'ai vu alors et entendu, m'a fait rentrer sous terre . Me regardant avec un air si triste, ma fille m'a dit (honte à moi !) "Mais maman, dans brouette, il n'y a pas de h "....Pan, zéro pour la maman...on réfléchit madame avant de parler...Apprenez que les enfants ne laissent rien passer ! Bien sûr, j'en ai convenu, mon exemple était des plus mauvais....

 

                       Cette petite anecdote prouve qu'il n'est jamais bon de se laisser emporter par l'énervement...les enfants sont intransigeants ...

 

                        Pour faire sourire en ce Dimanche....

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 60 70 80 90 100 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog